On dit que j'ai déjà vécu  plusieurs vies avec passion. Ingénieur-plongeur, dirigeant d’entreprise, accompagnateur en montagne, journaliste et écrivain… Depuis quelques années, je me  consacre principalement à l’écriture, aux voyages et à la montagne. 

J'ai  publié six livres dont le dernier :

Éloge de la Peur, à l'usage des Aventuriers et des Baroudeurs du Quotidien

(ed. Paulsen).

© 2019 Textes, Vidéos et Photos Gérard Guerrier (sauf indication contraire)

  • White Facebook Icon

Le Glacier d'Aletsch

N’en déplaise aux fiers chamoniards, la Mer de Glace n’est jamais qu’une Mare de Glace comparé au Glacier d’Aletsch.  Le géant suisse qui dévale depuis les flancs de la Jungfrau, en dépit du réchauffement climatique,  s’étend encore sur plus de 20 kilomètres  et 80 km2 contre 7 kilomètre et trente km2 pour son petit cousin.

            Malgré le réchauffement climatique, le vieux bout de glace a encore de beaux restes. Pour en saisir toute la dimension, rendez-vous, Place de la Concorde, ou plutôt Konkordiaplatz, là où se mêlent trois glaciers avant de dévaler vers le  Rhône. Le plus commode sera sans doute de prendre, non pas la ligne 1 du Métro, mais le train depuis Kleine Scheidegg, au pied de l’Eiger, pour débarque au terminus : station Jungfraujoch à 3454 m. De là, après vous être encordés, vous descendrez l’un des trois glaciers, frères siamois, le plus souvent sans mettre les crampons tant la neige est épaisse.

            Arrivés sur la Place, prenez le temps de réaliser que vous naviguez sur un fleuve de 900 mètres de profondeur ! Mais ne comptez pas trop sur le courant pour vous ramener en vallée. Il vous faudrait en effet pas loin de cent ans pour parcourir les 15 km restants. Pour le moment, il faut remonter au refuge Konkordia, dont le premier bâtiment remonte à 1877. Vous aurez alors tout loisir de maudire le réchauffement climatique qui vous impose une remontée de 467 marches aériennes, plus une échelle improvisée le long de la falaise. Le glacier, malgré son inertie thermique, s’enfonce en effet d’un mètre chaque année…

            Sur la terrasse du refuge, profitez de cette vue unique avec le Mönch, la Jungfrau est inoubliable et ce glacier colossal qui écarte les montagnes. Malgré sa puissance, magnanime, l’Aletsch se laisse chevaucher, tout le long de son parcours, par deux fines lignes de moraine longitudinales…