Capture d’écran 2022-03-22 à 09.28.48.png

Auteurs : Garrett McNamara et Karen Karbo

Langue d'origine: américain

Editeur : Paulsen-Guérin

352 pages, 22 €

ISBN 978237502-1422

Le Mot de l'éditeur

Gamin, il gribouillait un bonhomme dévalant une vague colossale sur ses cahiers. Adulte, il est devenu le surfeur de ses dessins d’enfant. En 2011, Garrett McNamara est le premier à surfer une vague de 24 mètres. Deux ans plus tard, il a battu son propre record, à 46 ans, en chevauchant une vague estimée à 30 mètres. Mythe pour certains, icône pour d’autres, cet homme qui s’est construit à force de volonté et de persévérance, a connu une jeunesse hors norme. Il a grandi libre et sauvage, ballotté d’une communauté hippie à l’autre. De son adolescence à la limite de la délinquance, à laquelle il a étonnamment échappé, il a tiré force et indépendance, deux qualités qui lui ont permis de vivre de sa passion contre vents et marées. Car des obstacles et des revers, il en a surmonté, des accidents aussi, mais Gmac, comme le surnomme le milieu, n’a jamais lâché. Dans un texte d’une grande sensibilité, où l’on rit puis frémit sur les vagues avec lui, il retrace son chemin de vie étonnant et inspirant, partageant son amour acharné pour la mer et le surf. À travers le portrait de l’homme, se dessine celui d’une époque, et d’un univers mordant à souhait.

Mon Grain de Sel

Ce livre, pour moi, est bien plus qu'une simple traduction! J'avais rencontré Garrett à Nazaré, en 2018, alors que je travaillais sur mon Eloge de la Peur. Nous avions longuement discuté de sa relation avec la peur. "J'ai peur comme tout le monde. Mais je n'ai pas de problème avec la peur." me disait-il. Il m'avait alors donné une copie de son livre Hound of the Sea qui venait de sortir. Je l'avais lu d'une traite, puis relu une nouvelle fois, tellement je l'avais trouvé singulier, riche et honnête. Alors que nous discutions avec Isabelle  et Fabienne, mes éditrices chez Paulsen, de possibles traductions, je leur avais suggéré de s'intéresser à ce titre. Elles n'ont guère tardé à me donner le feu vert pour une "traduction amendée "avec un chapitre épilogue et quelques modifications pour garder le rythme du récit. Un travail passionnant, d'autant plus qu'il fallait relever un autre challenge: la traduction du parler américain "surf"en parler français "surf", en sachant que les deux sont souvent, mais pas toujours, identiques. Si lineup, stringer, etc. ne se traduisent pas, comment ne pas perdre dans le swell, les lecteurs peu familiers du monde du surf. Car l'intérêt de ce livre dépasse de loin la planète surf. L'enfance chaotique de Gmac, entre communautés hippies et secte religieuse, les années de dèche à Hawaï, les multiples wipeouts/gamelles, l'apprentissage de la sagesse… ainsi que le Happy-End, font de ce récit, un livre unique sur la peur et la résilience… Afin de rédiger le chapitre-épilogue, j'ai eu le plaisir de retourner à Nazaré et le bonheur de me faire chahuter par les vagues en compagnie de Garrett. La vie d'un traducteur est parfois pleine de surprises!