La Lunga Notte di Shackleton
Ernest Shackleton: le Boss

Titre original : La Lunga Notte di Shackleton

Auteure : Mirella Tenderini

Préface de Jean-Louis Etienne

Langue originale : italien

Editeur : Paulsen, 2022

ISBN-10 ‏ : ‎ 2375021363

​​

Le Mot de l'Editeur

L'histoire d'une légende de l'aventure polaire à l'occasion des cent ans de sa mort.

À 16 ans, il s'ennuie sur les bancs de l'école et s'engage dans la marine marchande. Enjoué et cultivé, il prend très vite du grade. Mais déjà cette vie de marin ne lui convient plus. Il faut toujours plus d'aventures à Ernest Shackleton.
C'est avec Robert Falcon Scott qu'il rencontre pour la première fois l'Antarctique. Dès lors, une passion est née. C'est décidé, il organisera ses propres expéditions vers le Continent Blanc. Hélas, il ne sera pas le premier au pôle. Il s'en est pourtant approché en 1909, mais a renoncé à moins de 200 kilomètres du but. Ravalant sa déception, il imagine une traversée de l'Antarctique et, en 1914, alors que l'Europe entre en guerre, il quitte Plymouth à bord de l' Endurance. Tout ne se passera pas comme prévu et l'exploration tournera au cauchemar. Mais jamais celui que ses hommes appelaient affectueusement " Le Boss " ne lâchera son équipage.

Au-delà de l'aventurier polaire, c'est le portrait d'un entrepreneur extraordinaire que dresse Mirella Tenderini, un meneur d'hommes à nul autre pareil.

 

Capture d’écran 2021-12-16 à 09.41.33.png

J

Mon Grain de Sel

Quel plaisir de réaliser cette traduction et de renouer avec l'italien, ma langue de coeur mais aussi avec Ernest Shackleton l'une des figures marquantes de mon Panthéon personnel. 

Aujourd'hui, Shackleton est célébré comme un modèle de leader… Mais, loin de cette image lisse du héros, je préfère la réalité d'un homme avec ses fêlures et fragilités. Car "le Boss" était loin d'être parfait! Boulimique, incapable de résister à ses envies, impétueux, doté d'un égo largement dimensionné… Les véritables héros sont rarement des saints! Mais dans les moments critiques, quand tout allait mal, quand ses hommes comptaient désespérément sur lui, le Boss n'a jamais manqué le rendez-vous. Il a fait preuve d'une véritable courage. Rappelez-vous (mon livre Du Courage…) les quatre dimensions du courage: Lucidité, élan, persévérance et noble objectif…

e s

Un extrait

"Les hommes partirent donc le 19 mai, à deux heures du matin, en prenant soin d’éviter un glacier qui descendait jusqu’à la mer. S’enfonçant dans la neige molle, ils gravirent une première pente jusqu’à un grand plat neigeux à environ 700 m d’altitude où le brouillard les recouvrit soudain. Ils poursuivirent attachés, en faisant tout pour conserver leur cap. Quand le soleil se leva et une fois le brouillard dissipé, ils découvrirent devant eux les arêtes de la chaîne de montagnes qu’ils avaient repérée depuis la plage. L’air se refroidissant, ils firent une halte, creusèrent un trou pour abriter le réchaud des coups de vent et avalèrent un solide repas. Sans plus attendre, ils se remirent en route pour atteindre la crête avant midi, et taillèrent quelques marches dans la glace à l’aide de la hache de McNish. Ils avaient espéré voir la côte septentrionale depuis cette arête. Mais, cruelle désillusion, à leurs pieds s’ouvrait un précipice de 700 m qui disparaissait dans un chaos de glace. Ils essayèrent de le contourner, mais en vain ! Ils durent redescendre la pente qu’ils avaient mis trois heures à gravir. Il ne leur fallut qu’une heure, mais ce dernier effort les épuisa. De nouveau, ils firent une halte pour reconstituer leurs forces et reprirent leur ascension vers un autre point de la crête, autour de 1 500 mètres. Ils l’atteignirent vers la fin de l’après-midi alors qu’une nuit glaciale s’annonçait. Dans l’impossibilité de bivouaquer sans tente ni sac de couchage, avec leurs hardes déchirées et trouées de toutes parts, ils n’avaient plus d’autre choix que de continuer. Parcourant la crête avant que l’obscurité ne la recouvre, ils repérèrent une pente neigeuse qui semblait praticable et commencèrent à la descendre avant de comprendre qu’elle était bien trop raide. Mais trop tard, impossible de rebrousser chemin ! "

uis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.