On dit que j'ai déjà vécu  plusieurs vies avec passion. Ingénieur-plongeur, dirigeant d’entreprise, accompagnateur en montagne, journaliste et écrivain… Depuis quelques années, je me  consacre principalement à l’écriture, aux voyages et à la montagne. 

J'ai  publié six livres dont le dernier :

Éloge de la Peur, à l'usage des Aventuriers et des Baroudeurs du Quotidien

(ed. Paulsen).

© 2019 Textes, Vidéos et Photos Gérard Guerrier (sauf indication contraire)

  • White Facebook Icon

Alpes, les mondes d'en haut

Titre original : Alpenwelten - Eine Reise durch unberührte Landschaften

Photographe: Stefan Hefele

Auteur: Eugen Hüsler

Langue originale : allemand

Editeur : Glénat, 2017

320 pages, 39,50 €

ISBN : 9 -782344-02-4089

Le Mot de l'Editeur

Un voyage photographique le long de l’arc alpin, de la France à la Slovénie, en immersion dans une nature aussi impressionnante qu’imperturbable et fragile face à la convoitise humaine. Une immersion au cœur de ces « mondes d’en haut » longtemps considérés comme le royaume d’esprits fantastiques. Ou… les Alpes visitées par Tolkien !

Le photographe Stefan Hefele n’a pas craint de s’exposer aux humeurs des Alpes sauvages.

Par tous les temps, à toutes les altitudes, de jour comme de nuit, il a parcouru les territoires les plus secrets de l’arc alpin pour en saisir l’essence, pour capturer le rayon magique du jour qui point et de la nuit annoncée, pour recueillir les teintes surnaturelles nées de l’orage, les ombres de la forêt et l’éclat de la neige, pour traduire le souffle du vent, la fraîcheur du torrent, et restituer le grondement du glacier et le bourdonnement de la prairie en fleur.


À ses tableaux romantiques dignes de Caspar Friedrich répond le texte inspiré d’Eugen Hüsler qui replace l’homme dans ces paysages sublimes. L’écrivain relate la relation passionnelle des peuples alpins comme des populations touristiques avec ces montagnes contraignantes qui les ont inspirés et conduits à s’élever.

Mon Grain de Sel

Un livre rare sur l'ensemble de l'arc alpin avec, bien sûr, une partie bien développée sur les Alpes germanophones, suisses, bavaroises ou autrichiennes. Si les photos, comme on peut s'y attendre, sont superbes (même si parfois, à mon goût, le photographe abuse un peu de photoshop), j'ai surtout été sensible à la poésie et à la sensibilité de l'auteur, un véritable écrivain…

J'ai essayé de les traduire de mon mieux comme lors de ce passage célébrant le brouillard

"Il se répand au-dessus de l'eau, se suspend aux branches des arbres et flotte sur de vertes prairies. (…)

On parle de "mer de nuages". Ce n'est pas un hasard: cette mer là aussi est faite d'eau. Mais en son sein, on peut encore respirer…

Pourtant lorsque l'alpiniste la laisse derrière lui, il pousse un soupir de soulagement. Toute la tension accumulées disparait.

Après les murs gris et aveugles, voici la liberté !"

Cet ouvrage m'a même donné l'occasion de traduire un poème de Goethe celui qui disait justement: "Tu n’es allé vraiment

Que là où tes pieds t’ont porté".  En effet, je n'étais pas vraiment satisfait par la musique des traductions existantes.

Le voici donc… pour le seul plaisir.

Le Chant des Esprits au-dessus des Eaux

 

L'âme de l'homme est semblable à l'eau;
Elle vient du ciel, elle retourne au ciel
Et de nouveau retourne à la terre,
éternelle alternance.

Le clair filet  jaillit

de la haute et abrupte falaise,

Puis, aimable,  se disperse en ondes vaporeuses

Contre la roche polie,
Légèrement, il s’y dépose,  

Et, voilé, continue son chemin dans un murmure

Vers l’abîme.