On dit que j'ai déjà vécu  plusieurs vies avec passion. Ingénieur-plongeur, dirigeant d’entreprise, accompagnateur en montagne, journaliste et écrivain… Depuis quelques années, je me  consacre principalement à l’écriture, aux voyages et à la montagne. 

J'ai  publié six livres dont le dernier :

Éloge de la Peur, à l'usage des Aventuriers et des Baroudeurs du Quotidien

(ed. Paulsen).

© 2019 Textes, Vidéos et Photos Gérard Guerrier (sauf indication contraire)

  • White Facebook Icon

Palombaggia - Paradis des promeneurs

et des promoteurs…

Rendez-vous sur la plage de Palombaggia, au lever du soleil, pour avoir un avant goût du paradis ! Seul, ou presque, vous foulerez  un kilomètre et demi de sable blanc avant de plonger dans des eaux couleur lagon  et vous endormir à l’ombre d’un pin parasol. Ne vous attardez pas trop, cependant, au risque, sinon, de vous retrouver bloqué dans un embouteillage inextricable ! Pas facile de trouver un équilibre entre tant de beauté et l’afflux soudain de touristes avides comme vous de sable blanc et de couleur lagon !

 

Depuis vingt ans, une véritable frénésie a saisi ainsi de nombreux promoteurs continentaux et insulaires. Tout proche, Le golfe de Santa Giulia a ainsi été promptement bétonné au grand dam des défenseurs de l’environnement. Ceux-là ne peuvent compter que sur la protection du Conservatoire du Littoral et la Loi Littoral. Si le Conservatoire a acquis deux petites parcelles aux deux extrémités de la plage, ses moyens sont bien faibles face aux leviers de la spéculation. La Loi Littoral, si elle était appliquée,  éviterait bien des abus : interdiction de bâtir sur une bande de cent mètres, etc. Mais que pèse une loi quand les intérêts privés et parfois politiques convergent ? On ne compte plus — une simple visite de Google Earth  permet de le constater —  les entorses à cette loi, comme ces villas de Palombaggia dont les permis de construire ont été annulées par le tribunal administratif, mais qui sont toujours là : « Selon que vous soyez puissant ou misérable… »