On dit que j'ai déjà vécu  plusieurs vies avec passion. Ingénieur-plongeur, dirigeant d’entreprise, accompagnateur en montagne, journaliste et écrivain… Depuis quelques années, je me  consacre principalement à l’écriture, aux voyages et à la montagne. 

J'ai  publié six livres dont le dernier :

Éloge de la Peur, à l'usage des Aventuriers et des Baroudeurs du Quotidien

(ed. Paulsen).

© 2019 Textes, Vidéos et Photos Gérard Guerrier (sauf indication contraire)

  • White Facebook Icon

Annulation Dakar - Janvier 2008

Doux-amer

 

 

 

L’annulation du rallye Dakar, annoncée ce vendredi 4 janvier, me  rappelle le goût de ces bonbons « surprise » que j’achetais, gamin, dans les magasins de farces et attrapes.

 

Douceur, d’abord… Car, comment regretter l’annulation de ce rodéo motorisé dont la seule finalité est la promotion d’une société de gaspillage, au milieu de peuples qui tentent de préserver leur culture et leur mode de vie, au milieu des plus beaux déserts du monde ?

 

Les organisateurs projettent de se transporter en Amérique Latine pour éviter de nouvelles menaces. Quel manque d’imagination ! On pourrait leur proposer la traversée de l’Antarctique en moto-neige, une compétition de quads équipés de tronçonneuse en Amazonie, une course d’Offshore sur le fleuve Zambèze … Vite, vite, il faut se dépêcher car la terre semble se rétrécir chaque jour d’avantage ! Ces dompteurs intrépides de dunes se trompent d’aventure, et se trompent de siècle. En 2008, l’aventure n’est plus de faire le tour du monde en 80 jours ou d’asservir la nature mais bien de permettre à chacun de manger à sa faim tout en préservant notre terre. Bien plus difficile…

 

Mais cette confiserie « surprise », après ce très bref moment de douceur, laisse place bientôt à un goût très, très, amer, en pensant à nos amis Mauritaniens : Boubakar, Mohamed, Mourad… Ils avaient réussi à créer progressivement une petite économie faite de tourisme respectueux des peuples et de la nature. Tagant, Adrar, Amatlich, Banc d’Arguin… Les plateaux et les ergs mauritaniens accueillaient chaque année, de novembre à avril, quelques milliers de randonneurs, des familles. Loin de la corruption du tourisme de masse, cette activité permettait à  plusieurs centaines de familles de se maintenir au pays, plutôt que d’émigrer vers les faubourgs de Nouakchott ou Nouadhibou, ou plus loin peut être…

 

L’islam n’a évidemment rien à voir dans l’agression des touristes français d’Aleg, le mitraillage des soldats d’El-Ghallawiya, tout comme les évangiles n’avaient rien à voir dans le massacre des Vaudois des hautes vallées alpine, au XVI° siècle ! Si les participants du Dakar se trompent de siècle, les illuminés du GSPC, ex GIA, re-markétés Al-Quaida se trompent de millénaire. Isolés, en perte de vitesse, encore étourdis par la vacuité de leur dogmatisme, ils n’existent que par la menace, la peur à condition que celles-ci fassent l’ouverture du JT ! On reste bien démunis devant tant de bêtise, d’irrationalité. Ne perdons pas espoir, la roue tourne et inch’Allah, lorsque les projecteurs seront éteints, le calme et la sérénité reviendront au « Pays de la Pierre » pour le grand bonheur des amoureux du désert, de Boubakar et ses amis.