On dit que j'ai déjà vécu  plusieurs vies avec passion. Ingénieur-plongeur, dirigeant d’entreprise, accompagnateur en montagne, journaliste et écrivain… Depuis quelques années, je me  consacre principalement à l’écriture, aux voyages et à la montagne. 

J'ai  publié six livres dont le dernier :

Éloge de la Peur, à l'usage des Aventuriers et des Baroudeurs du Quotidien

(ed. Paulsen).

© 2019 Textes, Vidéos et Photos Gérard Guerrier (sauf indication contraire)

  • White Facebook Icon

Mouflon - Issu de l'immigration

Si la présence des hommes en Corse remonte à une dizaine de milliers d’années, il faut sans doute attendre le sixième millénaire av J.C. pour voir débarquer les premiers moutons domestiques avec l’arrivée de nouveaux immigrants venus du Moyen-Orient. Retournés à l’état sauvage, les mouflons corses et sardes sont issus de cette première population. Ils ont trouvé dans les montages corses, un éco-système favorable : un sol sec, un climat ni trop froid, ni trop chaud, pas ou peu de neige, une riche couverture végétale, et ont pu prospérer jusqu’à nos jours. Si les mâles portent de spectaculaires  cornes enroulées en spirale vers l’arrière, les femelles en sont quasiment dépourvues.

Deux populations  de quelques centaines d’individus,  subsistent en Corse dans les forêts et les pentes proches du Col de Bavella et du Monte Cinto. Considéré comme un animal « naturel », Ovis ammon musimon. — Les mouflons de Corse et de Sardaigne, sont protégés par le législateur européen. En particulier, ils sont interdits de chasse au contraire des « pinzuti », introduits  sur le continent. Pas de chasse, pas encore de loup… le mouflon corse devrait couler des jours heureux… Pourtant, leur nombre stagne voire régresse. Les scientifiques pointent du doigt les effets du réchauffement climatique (sécheresse, incendies),  la prolifération des 4x4 et peut-être un  patrimoine génétique trop réduit …